Open menu

Fable d'Esope : Du Souriceau et de sa Mère.

Un Souriceau racontait à sa mère tout ce qui lui était arrivé dans un voyage dont il était de retour. 

-   Un jour, lui disait-il, la curiosité me prit d'entrer dans une basse-cour, et là j'y trouvai un animal qui m'était inconnu, mais dont le minois me plut infiniment.

 

L'air doux, la contenance modeste, le regard gracieux ; au reste, la peau marquetée, longue queue, et faite à peu près comme la nôtre ; voilà ce qui le rendait tout à fait plaisant à voir. 

Pour moi j'en fus si charmé, que déjà je l'abordais pour faire connaissance avec lui, lorsque certain oiseau farouche, turbulent, et qui portait sur sa tête je ne sais quel morceau de chair tout déchiqueté, m'effraya tellement par ses cris perçants, que j'en pris la fuite d'épouvante. 

- Mon fils, lui dit la mère, remercie les Dieux qui t'ont sauvé dans cette rencontre du plus grand danger que tu puisses jamais courir. 

L'Animal qui t'a semblé si doux, c'est un Chat ; l'oiseau turbulent, c'est un Coq. 

Ce dernier ne nous veut aucun mal mais l'autre ne pense qu'à nous détruire. 

Reconnais donc maintenant quelle était ton imprudence, de courir te livrer toi-même à ton plus cruel ennemi.