Le Chien flattait son Maître, et le Maître y répondait en le caressant de son côté. 

Ces caresses réciproques donnèrent de la jalousie à l'Âne, qui était maltraité et battu de tous ceux de la maison. 

Ne sachant quelles mesures prendre pour soulager sa misère, il s'imagina que le bonheur du Chien ne venait que des caresses qu'il faisait à son Maître, et que s'il le flattait aussi de la même sorte, on le traiterait comme le Chien, et qu'on le nourrirait de même de viandes délicates. 

Quelques jours après, l'Âne ayant trouvé son Maître endormi dans un fauteuil, voulut venir le flatter, et lui mit les deux pieds de devant sur les épaules, commençant à braire, pour le divertir par une mélodie si harmonieuse. 

Le Maître réveillé par ce bruit, appela ses Valets, qui chargèrent l'Âne de coups de bâton, pour le récompenser de sa civilité, et des caresses trop rudes qu'il avait faites à son Maître.