Le Jeu des petites gens en 64 contes sots par Louis Delattre : Le puits

Le puits le plus profond du pays est certainement celui qui se trouve dans nos bois, au carrefour du Bon-Dieu-de-Pitié.

Ce qui porte à le croire est qu’un homme du village, nommé Pierre Falot, y étant descendu, un jour, pour le curer, il raconta sous serment, ou le diable l’emporte, qu’après avoir fait remonter par la manivelle plus de cent paniers d’immondices, il trouva au fond une pierre plate couvrant toute la rondeur du puits et sur laquelle, de sa pioche, il donna plusieurs grands coups.

Or, la pierre rendit un son épouvantable, ni plus ni moins que si l’on eût frappé d’un maillet quelque tonneau vide de plus de deux cent soixante-douze hectolitres.

Le bonhomme en fut terrifié, surtout quand, aussitôt après, il entendit une voix de femme venant de dessous la pierre et qui disait :

- Ohé, voisine ! ohé, Perrette !
  Venez tôt ramasser votre linge.
  Voici la pluie qui approche. J’entends déjà le tonnerre.

Mes amis, il faut le croire.

Le fond de ce puits est proche des Antipodes. Qui de vous voudrait aller de ce côté de la terre, en prenant ce chemin, il gagnerait une bonne lieue.

Celui-là au danger consent qui trop haut monte, ou bas descend.