Le Jeu des petites gens en 64 contes sots par Louis Delattre : La chandelle coupée

Ce fut à la table d’hôte du Grand-Monarque de Charleroi, renommée, en ce temps-là, pour un certain jambon d’Ardennes au vin blanc, qu’un jour l’inextinguible Colcravate, voyageur de commerce haut de six pieds, large d’autant, pourpre de visage et rouge de poils, s’écria qu’il pariait trois bouteilles de Santenot, que le jeune et fringant Bachaussette, le nouveau collègue, de quelque audace qu’il fît parade, n’oserait point, demain, sur le coup de midi, aller dans telle petite boutique de la place Verte, acheter une chandelle d’un sou.

- Pardon, attendez ! Une chandelle d’un sou, en priant la marchande de la couper en deux morceaux ! Trois Santenot 68, ça va-t-il ? demande la face rubiconde.

Et chacun de la tablée, la fourchette en l’air, darde sur M. Bachaussette des yeux qui signifient, comme en français, qu’il s’est disqualifié à jamais parmi Les Lurons du commerce s’il renonce.

- Mais ça va, répond le joli jeune homme. Cent chandelles, mille chandelles, si vous voulez !

- Non, cher et nouveau confrère, non ! Une chandelle, une seule chandelle, en deux morceaux, demain à midi.

Or, le repas achevé, Colcravate, le provocateur, a pris son sac.

De rue en rue, le voici à la place Verte, et qui entre à la petite boutique de toutes sortes de choses, au dindrelin interminable d’une aigre sonnette.

Une vieille paraît, c’est la boutiquière voûtée sous son châle plié en triangle ; elle se maintient au comptoir pour marcher, et dévisage le client comme si elle allait crier au voleur.

- Qu’il faut ? dit-elle, pour : Que désirez-vous donc, cher Monsieur Colcravate ? On dirait que le temps va changer !  Qu’il faut ?

- Je désire une chandelle de suif, Madame.

- V’là ! répond la vieille, en enroulant l’objet demandé dans un carré de papier gris, gris et trop court.

- Pardon, Madame, je désire que vous la coupiez en deux. La vieille, d’un tiroir, tire le couteau à débiter le savon dur et fait deux morceaux de la chandelle.

- Ils sont bien grands encore. Madame, coupez-les-moi donc en deux, voulez-vous ? Ça fait en quatre, oui, chère Madame.

- Heu ! fait la chère Madame, comme elle lancerait un juron. Mais cependant elle coupe les morceaux.

- Excusez-moi, s’écria Colcravate, je m’aperçois que pour l’usage que je veux en faire, ces morceaux de chandelle sont trop grands encore. Voulez-vous les couper en deux de nouveau ?

Le menton de la vieille a rejoint son nez. Elle brandit son couteau ; elle va entailler le comptoir.

De toutes ses forces tremblantes, en tendant les cordes de ses maigres bras, elle tranche huit bouts d’un centimètre de suif.

- Est-ce tout, maintenant ? bougonne-t-elle en réunissant dans le papier gras, la pincée de suif émietté.

Elle la remet à l’homme d’un geste qui veut dire : Paie et va-t’en.

- Hum ! fait Colcravate, hum ! fait-il en dépliant le chiffon. Je vous avoue qu’il me paraissent bien petits à présent. Dites, la vieille, que voulez-vous que je fasse d’une chandelle de suif réduite en si menus morceaux ?

Et l’homme, sans payer le sou, laissant les miettes, fait claquer la porte derrière lui.

Il est déjà loin, quand la vieille, revenue de sa stupeur, se traînant, trébuchant, bégayant, peut aller raconter à son mari, le vieux crachotant derrière le poêle, la vilenie du malappris.

Le lendemain, sur le coup de douze heures, tandis que la bande boit le vermouth sur la place :

 - Eh bien ? s’écrie Colcravate. Et la chandelle en deux morceaux ?

 - J’y vais de ce pas, répond Bachaussette.

Et il y va, et sous les regards des Lurons du commerce, il pénètre dans la petite boutique du coin dont on entend, de la terrasse du Café de l’Espérance, la sonnette qui ne finit plus de tinter au bout de son ressort.

Une chandelle d’un sou, Madame ! commande le jeune homme qui veut gagner son pari.

V’là !

- Madame, reprend Bachaussette, qui trouve qu’il n’y a rien là de difficile à faire - Madame, voulez-vous bien me la couper en deux morceaux ?

- Ho ! dit la vieille.

Elle se tient au comptoir à deux mains ; ses yeux ronds, qui n’y voient plus, se fixent sur l’acheteur ; les veines de son cou se gonflent dans les plis de la peau fanée ; et d’une voix de trompette fêlée, elle piaule vers la chambre voisine :

- Baptisse ! Baptisse ! Accours ! C’est l’homme à l’candelle !

Alors, raconta plus tard Bachaussette, en servant le Santenot qu’il payait, voilà que le Baptisse accourt, brandissant un manche à balai qu’il devait tenir tout prêt, et me tombe sur le dos, tandis que la vieille menace de me crever les yeux de ses griffes.

Je dus m’arracher de leurs mains. Ah ! qu’ils étaient laids.

Et tous ce fracas pour une chandelle...

- En deux morceaux ! ajouta une voix haute de six pieds et large d’autant, une voix pourpre de visage et rouge de poils. En deux morceaux !

Bonnes paroles oignent, et les méchantes poignent.